L’illustration de la pochette a été réalisée par la talentueuse Odélia Kammoun (https://odeliakammoun.com/)

« Avant, c’était mieux »… C’est la malicieuse rengaine que nous lance Le Petit Mish-Mash, comme prétexte pour nous entraîner avec lui dans un voyage décalé à la poursuite d’une mélodie vagabonde.

Une fuite en avant vers un passé revisité, où s’offrent à nous les paysages sonores enchanteurs d’un Yiddishland en terres moldaves, qui fait écho à la fièvre tzigane de Bucarest et résonne jusqu’au New York Klezmer du début du siècle. Le puissant cymbalum et les flûtes pastorales nous invitent à la contemplation d’un monde traditionnel en mouvement, dont les multiples facettes se dévoilent au rythme fougueux de l’accordéon.

Au fil de ce fringant périple, une ribambelle de sonorités s’invitent au cortège ; menées par la clarinette, cloches et cymbales, voix et autres effets sonores se mêlent à cette vaste célébration de l’ancien temps et viennent questionner l’avenir, car comme il est dit : il faut aller de l’avant, parce qu’avant, c’était mieux !

La sortie de cet album, distribué par L’Autre-Distribution, est l’occasion d’une série de concerts en France et à l’étranger entre décembre (New Morning) et juin (Genève). Vous pouvez retrouver toutes les dates dans notre agenda et sur facebook.

Le Petit Mish-Mash est né de la rencontre entre l’accordéoniste tzigane Adrian Iordan, originaire de Bucarest, le joueur de cymbalum Mihai Trestian, concertiste formé au conservatoire de Chisinau (Moldavie) et la clarinettiste/flûtiste Marine Goldwaser, musicienne de la nouvelle scène klezmer. Le magicien du son Vincent Joinville, qui a enregistré et mixé l’album, rejoint l’équipe à l’occasion de la tournée de sortie d’album.